Bienvenue dans le plan :

Nomenclature

Pour l'élimination des fautes, je vous ai proposé, dans le premier livre : livre bleu, l'examen des énoncés, à propos d'un treillis Universel à huit mailles ; ces derniers, sont mis en place par déduction mathématique.
      Avant d'en quêter la réalité de ce treillis, dans le deuxième livre : livre vert, je vous ai développé, la véracité du treillis en 8 mailles et donc sa portée universelle.

Maintenant, dans ce troisième livre : livre rouge nous allons aborder le treillis en tant que Plan. Le Circuit est un PLAN, quand il devient un outil pour l'homme, ou une application. Le PLAN est l'aboutissement de l'efficience dans le progrès.
      Mon travail de réflexion, pour durer, nécessite de ma part une certitude permanente. Mais on doit garder à l'esprit que nos pensées sont humaines. C'est-à-dire bornées.
      Ces idées sont nées dans un corps aux possibilités limitées ; car corps conçu : dans son environnement,
      avec des sens limités, adaptés à sa survie,
      avec des savoirs limités, moulés aux contextes socioculturels,
      dans les moments créateurs d'une vie personnelle.
  En résumé : tout ce que je présente, ne sont que des idées, mais surtout pas des vérités.


En premier le rêve.

Le plan est là pour nous aider à évoluer, à abattre nos lourds draps.
Il est à découvrir, non à imposer, pour qu'émergent des communicants lucides et aimants. Que vos rencontres, parmi les différents ports visités, vous comblent.
      A l'origine, dans le Néant insondable, un enfant, appelé Dieu, s'ennuyait. Interpellé par celui-ci (qui suis-je ? où ? … pourquoi ? … comment ? …), dans un cri puissant de désespoir, il en sépara les réels. Entre autres, nôtre lieu d'évolution.
De tous les recoins de l'univers, il entonna sa volonté ; afin qu'émerge progressivement, de l'océan du vécu, des multiples êtres pensants.

Sans fin, ces derniers, enrichis des expériences passées, et chercheurs de lucidité pour l'avenir, fructifient vers plus de liberté, d'amour et donc de bonheur.
Lorsque ces êtres s'emploient à vraiment communiquer entre eux ; l'Enfant prince entend leur amour : pourfendeur de l'obscurantisme ambiant ; et il s'en réjouit.
Mais son espoir ultime est, de voir chaque recoin d'Univers, avec ses milliards d'individus différents, communiquer dans la liberté, la lucidité et l'écoute aimante d'autrui.
À ce moment-là, en plus de les écouter, il pourra alors, peut-être, leur parler sans intermédiaire déformant.


Origine géométrique, de cette Méthodologie

- Intro
      La méthodologie pour distinguer les mailles d'innovation, dans tout treillis humain, s'étaye principalement, sur les différentes étapes de ma démonstration géométrique par rapport à l'universalité du treillis.

Cette démonstration démarre de la triangulation minimale d'une sphère, pour y repérer tous ses points ; Pour finir avec surprise, sur la simplicité de cet aboutissement, de prouver géométriquement que l'amas de Kepler est le plus dense. En référence à la démonstration sur la sphère, nous devrons en premier, étudier les précédentes mutations techniques ; pour faciliter la conception de toute innovation, en fonction de sa position dans le groupe des technologies.

1) Trois Architectes :
      les trois grands Cercles.


 
  Au préalable, la TRIADE constructive : Sur une sphère, elle est relative à trois grands cercles définis. Ces trois grands cercles sphériques, normés et distincts deux à deux, sont « suffisants » pour le positionnement de tout point sur une sphère !
  Et, pour tout ensemble mutatoire, nous les appliquerons en une triade universelle, par correspondance avec le triplet « fixateur du courant temporel ». C'est-à-dire nous recherchons, pour une conception technique, les différents cadres mutatoires, et en particulier leurs architectes d'ÉMISSIONS, d'ACTIONS et d'EFFETS.
  Ces grands architectes définis, nous recherchons ensuite, les forces créatrices présentes, toujours en se référant à la triangulation sphérique.

2) En quatre forces :
      les quatre forces.


 
  Sur la sphère, les QUATRE FORCES relatives à un pôle de construction se distinguent, autour de ce pôle, en quatre angles de triangulation sphérique. À titre d'exemple : les « ï gauche, î gauche, ï droite, î droite », angles du pôle visible, croisement de deux grands cercles.
  Et dans tout ensemble mutatoire, La verbalisation de ces quatre forces va être : 1) l'AVOIR, pour ici le « ï gauche », c'est le premier référencé ; Il permet 2) l'ÊTRE pour le « î gauche » ; La chiralité de ces deux « i » d'angle, va leur permettre d'évoluer en actions : D'abord 3) de DONNER, pour le « ï droite » ; Puis ce dernier, emmène la finalité 4) de FIXER l'action, cela avec l'angle restant, le « î droite ».
  Comme ce pôle sur la sphère est transpercé par un axe de rotation, nous devons ensuite nous intéresser à la répartition des forces entre les deux pôles sphériques de cet axe et ensuite, par analogie nous intéresser à l'étendue de ces quatre forces de mutations dans tout projet.

3a) Un Axe :
      L'axe de rotation est défini par un pôle référant.


 
  Ces quatre forces polaires sur notre sphère sont donc, assujetties à un axe de rotation ; ce qui conduit à un bipôle, aux croisements de deux grands cercles. Il est à remarquer que la triangulation sur une sphère est fermée, elle personnalise la sphère ; à l'inverse de la triangulation sur un plan, qui lui est ouvert en un champ infini collectif. Cette bipolarisation, des quatre forces de triangulation minimale sphérique, sur l'hémisphère nord et l'hémisphère sud, aboutit à un pavage minimaliste de toute sphère en huit triangles de repérage de ces points.
  Ces pavés minimalistes correspondent au TREILLIS d'une triangulation sphérique dans la définition de tout point de la sphère d'étude ; tant, les points en surface, que les points en profondeur ; pour ces derniers : d'une, nous l'étendons à deux coordonnés référents par grand cercle, en bipolaire.

3b) Huit secteurs :
      les quatre forces en huit secteurs de 000 à 111.


 
  Reste à verbaliser l'ensemble de ce treillis : grâce à la bipolarisation de chacune des quatre forces verbales, de tout ensemble mutatoire. Pour aboutir, en résumé, au tableau, traité dans un paragraphe plus bas et mis aussi, en finale de toutes les autres pages. Ce tableau est un aboutissement du livre précédent ; toujours en rapport avec notre sphère.
  Dans l'exemple graphique ci-contre, sur notre sphère, nous obtenons : quatre pavés au pôle sud, issus des quatre forces du Sud et quatre pavés au pôle nord, issus des quatre forces du Nord. Toujours définie par un axe de rotation choisi, cette bipolarité des pavés est, dans tout ensemble mutatoire mère, en analogie avec celle issue du treillis d'un axe d'étude.
  Un prolongement, à partir d'un triptyque d'étude (ici les trois grands cercles d'une sphère), nous allons découvrir son voisinage en de multiples treillis fils.

4) 12 Arcs :
      des huit secteurs aux 12 Arcs.


 
  Par ses minimalistes 8 pavés déterminés, à cet instant, dans le treillis de la triangulation sphérique de tout point, prenons en compte leurs délimitations. De la sorte, nous nous retrouvons avec 12 ARCS FRONTIERES, des quels seront issus les 12 enveloppes de même sphère !
  Ces 12 segmentations frontalières sont relatives à la bipolarité d'un axe de construction (rotation). Ce qui nous permet de les distinguer : 1) en 4 arcs frontières par rapport à un pôle ( : Nord) ; 2) par rapport à l'antipode (pôle Sud), en 4 arcs frontières antichtones ; et 3) en 4 arcs frontières des hémisphères, à l'équateur de cette triangulation. Ce qui implique, suivant les pavés : que nous retenons un, sinon deux, des trois frontières d'une maille. À titre d'exemple : le pavé 0) a 1 frontière, pavé 1) a 2 frontières ; pavé 10) a 1 frontière, pavé 11) a 2 frontières ; pavé 100) a 1 frontière, pavé 101) a 2 frontières ; pavé110) a 1 frontière, et pavé 111) a 2 frontières.
  L'étape suivante consiste à transformer ces 12 arcs placés en 12 sphères enveloppantes.

5) 12 Corps Enveloppes développés :
      des 12 Arcs aux 12 sphères enveloppes.


 
  Les 12 frontières sont déterminées, dans le pavage d'une triangulation sphérique ; nous pouvons alors envelopper cette sphère, par la transformation des arcs en 12 sphères parentes. Au niveau de la sphère centrale, cette transformation consiste à extruder, de leur surface sphérique, chaque arc frontière ; puis à leur donner du volume, en utilisant l'arc issu comme gésine de trois nouveaux grands cercles pour une sphère frontalière.
  Entre la sphère mère et ses 12 filles ne reste qu'un point de contact sur l'arc génitrice. Ainsi, de 12 arcs frontières d'une triangulation sphérique, nous nous retrouvons dans un amas centré de 13 sphères, avec 36 POINTS différents de contact entre sphères [12 de la sphère centrale, 6 entre les 6 sphères équatoriales, 9 (3x2 et3) avec les 3 sphères au « nord », et 9 avec les 3 sphères au « sud »] ; avec 13 neurones, nous aurions alors, 36 synapses ponctuelles, en dehors du wi-fi ; et avec 12 satellites, nous aurions 36 points de référence.
  Dans un groupe mutatoire, ces 12 sphères enveloppes correspondent à autant de treillis (à 8 mailles paveurs), eux-mêmes fils d'un treillis père avec une triangulation d'étude. C'est pourquoi, toute une panoplie d'extension de l'étude se révèle, par les différentes configurations du globule en 13 sphères centrées ; En plus, l'étude peut s'étendre bien au-delà d'un treillis à huit mailles, par les 36 zones de contact de ce globule centré.

6a) Distinctions colorés :

  Les amas peuvent être étendus au-delà du globule de Kepler, avec ses 12 sphères enveloppes et sa sphère contenue de référence ; il en est de même pour le nombre de treillis d'un groupe compacte de mutation, qui peut s'étendre au-delà du groupe à la Kepler.
De ce fait, l'extension de la méthodologie au globule compacte de 13 treillis et au-delà, nécessite de bien déterminer le (ou les) treillis source, de référence, les treillis l'enveloppant de leur similarité, voire les extensions aux seconds treillis d'enveloppe et suivants. Tout en retenant que, plusieurs modes de groupe compact à la Kepler sont possibles.
  En effet, deux modes de compilation se présentent, pour tout glomérule de Kepler en sphères homologues : si nous les différencions par des couleurs. Nous aurons toujours, besoin que de quatre couleurs pour distinguer ces deux modes.
Un premier mode est représenté par le dessin précédant, le deuxième dans le schéma ci-contre :
les groupements distinctifd des sphères enveloppes.

les 4 couleurs utilisées sont ici : la sphère vide, la sphère avec un O, la sphère avec un I, et la sphère avec un X.
Il est à remarquer, dans le premier mode que la sphère centrale est contenue par trois grands cerclages de sphères, distincts par une couleur d'ensemble typique sur des sphères non jointes ( : dessin précédant / troisième schémas ci-contre ; alors, les O sont bleu, les I sont vert et les X sont rouge) ; Ce mode je l'appelle le mode référant (à la triangulation de la sphère centrale) ; par rapport à l'autre (le quatrième schémas), où les cintrages colorés sont brisés, dont je le baptise mode de cintrage dégénéré.
  En plus des deux modes, pour l'amas de Kepler, ces derniers peuvent avoir subi une rotation ( 60)° d'une des deux couches extrêmes du glomérule (premier et deuxième schémas). Cette disposition, par rapport à la disposition source, est une disposition biaisée. Disposition et mode se combinent alors pour aboutir à quatre types de glomérules à sphères similaires différenciées. Ce là, signifie que les groupes compacts de treillis à la Kepler peuvent s'arranger en quatre types de glomérules treillis ! Source référente, Source dégénérée, Référente biaisée, et Dégénérée biaisée.
  Nous verrons que l'enchaînement des treillis, dans un groupe de mutation, peut prendre d'autre agencement que celui principal de Kepler ; tel que des structures linéaires : ordinaires, cladistes, fractales, arborescentes . Quant aux structures pointillistes, à un seul treillis, elles peuvent être considérées comme des singletons.
  Si nous considérons les structures de Kepler, nous ne sommes pas limités aux groupes de treillis contenus et contenant ; nous pouvons y rajouter d'autres relations mutatoire, telles que les interstices d'échanges entre treillis, ce qui nous conduit jusqu'à 6 couleurs de séparation. Sans oublier que dans les structures spatiales, nous avons tous les groupes de treillis en synergie avec les différentes structures cristallines, voire amorphes.

6b) Le laboureur et ses fils
      En effet, si nous voulons ne considérer que les sphères, en individu, nous n'utiliserons que 4 couleurs : une couleur pour la sphère enveloppée et trois autres pour distinguer les sphères de l'enveloppe. Rappel, ces trois autres couleurs périphériques sont en relation avec la triangulation de toute sphère par ces trois grands cercles pour déterminer tous les points de cette sphère contenue. Ce fait que nous devions distinguer chaque partie dans un amas de Kepler, comme dans tout volume ; implique l'utilisation minimaliste de 4 à 5 couleurs suivant que nous excluons les interstices, ils sont vides ou les incluons, comme volume indifférencié de séparation ; voire l'utilisation de 6 couleurs si nous différencions en types, ces volumes de séparation des sphères (les pyramidons des tétradiques,tous deux anti-sphériques). En effet, les agencements frontaliers entre sphères enveloppes et la sphère contenue se font : Soit entre trois sphères d'enveloppe, et nous constatons un interstice vide avec la sphère centrale, proche du tétraèdre ;


  Soit entre quatre sphères d'enveloppe, et nous constatons un interstice vide, proche du pyramidon. En revanche, dans les amas homogènes et continus d'un même parallélépipède, nous n'utiliserons que 2 couleurs ( à l'identique d'un pavage homogène et continu d'un même rectangle. Ce qui revient à un croisement que de droites dans un plan).
  Ce développement de 2 ou 4, voire 5 à 6 couleurs pour différencier les composants de tout amas volumique homogène et régulier par un même paveur, est en soit une démonstration géométrique suffisante. Ainsi, nous nous acheminons à considérer tous les relations entre treillis dans tout groupe mutatoire. Et ces distinctions volumiques de 2 à 6 couleurs, impliquent pour toute étude innovante, dans l'exhaustivité des technologies mutatoire, en plus des treillis sources, de distinguer les groupements d'enveloppes des treillis fils, non seulement par leur parenté architecturale (issue des trois grands cercles du treillis source), mais aussi par leurs différents modes d'agencements entre les fils et la source (type tétraédrique ou type pyramidon).

Au final :
      La démonstration géométrique (développée à l'accueil du livre précédant) nous a permis de valider sur la sphère (et l'espace), la notion de treillis en 8 mailles. Et aussi, de montrer que le support de cette notion : les trois Architectes sont universels par leur comportement. En effet, déterminer les trois architectes d'un treillis revient à trianguler, tout ensemble relationnel, PAR TROIS GRANDS CERCLAGES propres à la relation étudiée. Dans un treillis, cette triangulation par grands cerclages revient à attribuer à chaque architecte un rôle, en fonction du déroulement de tout acte mutatoire que sont : l'Émission, l'Action et l'Effet.
  Nous constatons alors, que le fait de définir les trois architectes d'une étude nous permet d'atteindre les 8 mailles de cette étude. Et, aux surprises, de l'étendre aussi, des 12 sphères d'influence aux 36 points de rapports dans l'instantanéité, grâce à la validation de la conjoncture de Kepler !
  Comment arrivons-nous à déterminer ces 36 rapports d'étude ?
En premier lieu, les 36 points de contact peuvent se ramener aux 12 globes sous influence de la sphère d'étude. Ensuite, ces 12 treillis relationnels, enveloppant l'étude, peuvent être rapportés en les 12 segments d'une triangulation par ces trois grands cerclages, sur et en rapport avec la sphère (enveloppée) d'étude. Cette triangulation par trois grands cerclages du treillis d'étude, nous ramène aux 8 secteurs de cet étude. Si alors, nous percevons que ces 8 mailles sont issues de la bipolarité, en capacité, sinon en transformation, de 4 forces : nous nous retrouvons avec notre aptitude à traiter 4 rapports immédiats.


  Car très souvent, au-delà de 4 rapports instantanés, nous en oublions le plus facultatif dans l'instant présent. Par exemple : Lorsque nous déposons nos clefs de voiture au moment où : l'on frappe à la porte, le téléphone sonne, le chat griffe le canapé et l'on nous demande d'aller chercher le pain ; la plupart d'entre nous oublierons où ils ont posés les clefs !
  Le fait de ramener les 36 rapports d'une étude, aux 4 forces, voire à ses 3 grands cerclages, nous permet facilement d'englober l'innovation recherchée et d'en déterminer les points révolutionnaires. Si en plus, nous conceptualisons le treillis et ces extensions, en universalité, et que nous les intégrions dans notre perception intellectuelle : alors notre inconscient sera plus apte à étendre, notre aptitude de traiter 4 rapports instantanés, à 8 voire jusqu'aux 36 points d'actions.
  L'homme est devenu un artisan grâce à cette aptitude à traiter 4 rapports immédiats ; d'abord dans la chasse, puis dans l'agriculture, et aujourd'hui en technologie. Le fait d'étendre cette aptitude devrait non seulement nous permettre de vivre tous ensemble dans la paix et l'écoute intelligente ; mais aussi de domestiquer les objets spécialisés dans une intelligence plus efficace, tel que les futurs robots et engins autopilotés.
  Si, et je vous en prie, vous garder votre autonomie de réflexion ( : « Je Suis Charlie ») en ne prenant pas mes idées à la lettre, mais juste pour ce qu'elles sont : Alors, d'anciennes Bêtes, nous pourrons peut être ainsi continuer nôtre progression vers l'état d'Ange.
  Pour l'instant, il nous reste à personnaliser l'action de chacune des 8 mailles d'un treillis.


Comment définir les mailles d'un treillis d'études.

Cette page inclut maintenant l'ancienne introduction de ce troisième tome. L'introduction étant une présentation plus axée sur l'ergonomie de lecture, vous la retrouverez en détail, au tout début du premier livre.
  D'après les énoncés du premier livre et les découvertes sur le maillage du treillis universel, je peux maintenant vous proposer une méthodologie pour débusquer des treillis en résolution de projet :
    1) Nous allons d'abord définir le lieu de mutation du treillis que vous allez étudier :
      .) S'agit-il de communication Externe ?
      .) Sinon, s'agit-il de communication Interne ?
      .) Et si en communication interne, est-elle Locale ou Temporelle ?.
    2) Ensuite, nous allons rechercher les trois architectes, constructeurs du treillis étudié. Ces architectes se distinguent en groupe :
      .) soit d'Émetteurs,
      .) soit d'Acteurs,
      .) soit d'Effets.
    3) Ce qui nous permet d'intégrer la triade d'architecte dans une équation :
      .) Pour l'émission en Opérandes.
      .) Pour l'action en Opérateurs.
      .) Pour l'effet en Résultats.
    4) Pour déterminer le comportement de chaque architecte, en trois « M » :
      .) La Modalité pour les opérandes.
      .) La Mode pour les opérateurs.
      .) Le Modelé pour les résultats.

  5) Reste à évoquer la personnalité de chaque architecte:
      .) Les opérandes correspondent aux Capitaux.
      .) Les opérateurs correspondent aux Offres.
      .) Les résultats correspondent aux États.
    6) Ce qui nous permet de déterminer les différentes actions de chaque architecte, en débusquons, les quatre forces de mutation dans votre treillis ; Soit deux sous étapes :
      a) l'acte architectural :
        .) Les capitaux, dans l'AVOIR.
        .) Les offres, dans l'ÊTRE.
        .) Les états, dans la transformation.
      b) les actions de mutation, en quatre forces :
        .) A l'avoir, correspond une force localisatrice de mutation.
        .) A l'être, correspond une force en potentiels.
        .) Tandis qu'avec la transformation se dégage deux actions : La force transformatrice en DONNER ; puis la force de maintenance en FIXER.
    En résumé la triade d'architectes accomplit quatre actions dans votre treillis : l'Avoir, l'Être, le Donner et le Fixer.
    7) Nous pouvons alors, dégager l'attribut de leur polarité, à fin de verbaliser chaque maille :
      .) Pour la modalité d'émission des opérandes : en Passive, sinon en Active.
      .) Pour le mode d'action des opérateurs : en Étendue, sinon en Ciblée.
      .) Pour le modelé d'effet des résultats : en Reçut, sinon en Accumulé.
    Ainsi, la combinaison de chaque attribut d'architecte, en triade numérique mutante de (000) à (111), nous permet de Verbaliser, chaque maille. Cela, à partir des quatre action polaires des architectes, jusqu'à la verbalisation de chaque maille du treillis étudié : Poser, Entrer pour l'avoir ; Lier, Opter pour l'être ; Aider, Traiter pour le donner, et Régler, Tenir pour le fixer.
   

8) A fin, de pouvoir personnaliser chaque maille du treillis étudié, en des ensembles distincts de mutation, fonction du lieu des mutations (interne, sinon externe).
  Dans la colonne de droite, le tableau de cette personnalisation :
    Non seulement, la mutation est caractérisée, mais aussi l'ordre créatif du treillis ; ce qui va nous permettre de mieux imaginer des pratiques ou des produits. Une fois le créatif exprimé, ce sera à l'ingénieur de concevoir avec les moyens contemporains de pointe.
    Quant à la question associée à chacune des huit mailles : non seulement, elle permet de vérifier la justesse de notre maillage ; mais aussi, en tant que condensé de la méthode, elle peut servir à ferrer, plus rapidement, la maille dans le treillis étudié.
    Dans cette étude nous restons dans une hiérarchie numérique binaire, mais garder à l'esprit qu'il existe naturellement, au moins 12 hiérarchies distinctes, voir dans le deuxième livre.
Une hiérarchie de maille, se distingue par sa loi de composition ; pour exemple, nous aurions pu prendre le fait que « la maille suivante ne change de polarité que pour un des architectes avec en priorité le plus ancien, sans répétition, ni structure fractale, ni arborescence du cycle » : {(000), (001), (011), (010), (110), (111), (101) et (100)}, soit : {(Où ?), (Quand ?), (Autour de quoi ?), (Pourquoi ?), (Dans quels buts ?), (De telles sortes que ?), (Comment ?) et (Avec quoi ?).
    Pour conclure, nous remarquerons que cette méthode des définitions d'un treillis, présente, pour chacune de ses étapes (de 1 à 8), une symbiose avec la question de sa maille.

tableau outil du treillis le 29/03/2012.


Manifeste du créatif.

Dans une création, la méthodologie avec son treillis s'appuie sur le brassage des idées. Or, il existe un moyen de gérer efficacement l'affluence et les interactions de ces idées créatives. Ce moyen, je vous le développe, juste après sa source d'inspiration.
      Ce matin, au réveil, je cogitais sur les différentes idées présentes pour un super-condensateur optimal. Devant la difficulté d'imbriquer mes différentes idées, en un panorama créatif, me viennent à l'esprit mes lectures précédentes sur la mémoire de travail.
      En particulier sur le nombre d'empan que peut traiter instantanément un cerveau adulte ; chaque empan, je l'associe alors, à une idée. Pour le psychologue George Armitage MILLLER, un adulte pourrait traiter à la fois sept schèmes ; avec une différence allant de cinq à neuf. Comme son explication ne repose que sur un rapport pythagoricien, le chercheur Robbie CASE distingua plus récemment, après étude, quatre catégories, chacune avec quatre sous-catégories. Ce résultat, étant aussi, plus ou moins remis en question par la profession.
      Toutes ces lectures, si l'on retient les plus ou moins sept empans présents de travail, m'interpellèrent sur leur agencement. En le liant, au fait, pour que se manifeste un désintérêt dans une recherche Internet, il nous faut au plus trois clics ; La solution la plus achevée, serait que, dans notre intellect, les empans soient hiérarchisés en pyramide.
      En premier l'idée principale ; en deuxième les deux pôles de cette idée (les opposés à cette idée médiane) ; en troisième, idem, les deux pôles de chaque idées antagonistes précédentes ; d'où une pyramide plane à trois degrés de hiérarchisation (émission, action, effet) pour les schèmes communs de travail.
      En étendant cette perspective à ma démonstration du treillis sur la sphère, je peux vous proposer la possibilité de triplé le nombre d'idée simultanée à traiter.

En effet, le treillis peut être représenté sur une sphère à l'aide de trois grands cercles, les projections de la triade : « émission, action, effet ». Par ce biais la sphère est recouverte alors, de huit triangles sphériques, les 8 mailles. Et je me suis rendu compte, que les douze côtés sphériques de ce maillage sont en correspondance avec les 12 sphères d'enveloppe.
      Ainsi, nous avons trois degrés de hiérarchisation : le centre de la sphère, les huit recouvrements triangulaires et les douze sphères d'enveloppe ; soit 1+8+12=21 lieux. Si l'on reprend cette hiérarchie sphérique pour les empans simultanés, dans le travail sur les idées d'un projet, nous les triplons avec 21 lieux de compendium : L'idée centrale, les 8 idées en point de vue, les 12 extensions d'idées. Grâce au passage au cube : du point aux douze enveloppes, nous avons triplé les sept quanta, et nous les avons emboités pour une meilleure symbiose dans l'émergence d'une création.
      Il nous reste plus, que notre inconscient, intègre ce principe dans notre mémoire de travail. Nous pouvons faciliter ce processus, lors de nos création, en visualisant, les différentes inspirations du moment en placement sphérique : l'idée maitresse au centre de notre arène ; les différents points de vue de cette idée répartie en périphérie du globe, dans les huit recouvrements de triangulation sphérique ; et toutes les idées sœurs de la principale dans les 12 sphères d'enveloppes. Ensuite, les liens et couplage d'idée nous permet d'avancée dans notre création.
      En plus de permettre la gestion du créatif humain, cette mémoire de travail en 21 schèmes hiérarchisés dans le domaine sphérique nous permet d'envisager une première approche informatique. Cette approche technique serait d'appliquer ce principe des 21 au codage ; des octets linéaires, on passerait alors, à 21 lieux numériques de codage sphérique ! Ce serait même envisageable de l'étendre à un langage informatique qui serait fondé sur cette hiérarchisation sphérique ; et pourquoi pas l'intégrer dans la robotique ?

Une autre application serait : dans le pilotage. Toutes les données seraient réparties dans le creux d'une demi-sphère, visible dans son entier. Les paveurs de la demi- sphère manquante, seraient projetés avec une couleur distincte sur la demi-sphère de vision.
      La donnée centrale étant les sens et traitement du pilote ; Dans les huit aires de triangulation, se positionnerait le capteur principal d'une catégorie ; en rouge pour ceux qui paveraient le devant de la sphère de vision, en bleu pour ceux qui paveraient la demi-sphère absente, sur la demi- sphère de vision.

Dans ce cas, les capteurs essentiels étant bien-sûr en rouge. Dans les 12 sphères d'enveloppe on reprendrait le schéma suivant : avec en jaune les capteurs secondaires qui sont liés aux bleu, car paveurs de la demi-sphère absente ; et en cyan ceux reliés aux rouges. Reste les 6 et 8 interstices qui pourraient aussi accueillir selon le même principe, mais en vert et magenta, des capteurs supplémentaires. Au maximum, nous aurions visible, les jauges de, 8+12+6+8=34 capteurs, sans compter les sensations du pilote !
      Avant de poursuivre, récapitulons nos différents lieux visités, par-delà TROIS, puis DOUZE, via HUIT.


De « TROIS », via « HUIT », et par-delà « DOUZE ».

Lorsque vous manifestez un intérêt pour une CIBLE d'étude, de recherche, ou tout autre ; vous vous assignez cette cible, en fonction de votre point de vue !
En effet, cette cible (111) est personnalisée par votre intérêt lié à votre capacité d'observation et aussi à la relativité entre vous et la cible. Cette dernière, votre relativité est spécifique à la qualité de l'environnement pour un type de construction en : Émission, Action puis effet.
      Pour bien comprendre, prenez une sphère : vous pouvez-y tracer, au plus, trois grands cercles orthogonaux deux à deux. Votre sphère d'étude dépend bien de votre point de placement de l'étude ; ce point de vue, c'est votre RECEPTEUR. Ensuite, la détermination de votre CIBLE nécessite de tracer sa triade de grand cercle, sur votre sphère d'étude. Ce tracé des grands cercles d'études dépend bien de votre culture d'observation ( : soit une préférence pour une visibilité maximale des croisements ; sinon des segments ; Voire des zones circonscrites, dont l'une est la cible ; ou plus finement d'un mélange quelconque !). En parallèle, s'impose la qualité relativiste entre votre regard et la sphère abritant votre cible ; cette relativité correspond à la qualité du MILIEU (flou, voilé) commun entre votre récepteur et votre cible, qui influence votre regard. Récepteur, cible est milieu, rend singulière votre étude, et vous dévoile ainsi, des étendues insoupçonnées.
      Une fois cette prise de conscience faite, vous réalisez alors que, sur la totalité de votre sphère d'étude, à votre cible correspond : la maille 111 ; soit le secteur le plus visible défini par la troïka des trois grands cercles d'émission, d'action, et d'effet gestatoire de votre étude ciblée.
À ce moment, vous pouvez alors, discerner que votre cible, de maille 111, par leurs frontières communes : les segments et leurs croisements de grands cercles, est entourée de six autres sœurs ; et remarquable, à l'opposé de votre maille cible (111), se cache à votre vue, une septième maille. Cette maille cachée est unique, car vous ne pouvez que la concevoir et non l'apercevoir ; d'où son attribution de maille en (000). Vous joignez ainsi, l'un des treillis universels de HUIT mailles.
      Par ce dernier biais : la connaissance de vos HUIT mailles, vous prenez conscience que tous intérêts s'inscrivent avec sept autres dérivés sœurs. Cette finesse d'esprit vous permet alors, d'enrichir votre étude par le biais des sept autres observations relatives qui pourraient être menées.

Mais nous pouvons aussi, surplomber cette dernière richesse, si nous déployons ses sphères enveloppantes pour cette FAMILLE, groupe, d'étude en huit mailles. En effet, rappelons-nous que toute sphère est entourée au maximum, de 12 sphères identiques ; celles-ci sont issues des segments de notre triangulation d'observation en trois grands cercles : l'un d'Émissions, l'autre d'Actions et le dernier d'Effets.
      Par ce biais nous rajoutons à notre sphère génitrice, 12 autres sphères ; le tout, formant le CLAN familial. En rappel : La CIBLE de l'étude est déterminée par une triangulation (TROIS) ; La FAMILLE d'étude se détermine alors, avec le treillage résultant (HUIT) ; Et enfin, le CLAN fondateur d'étude, provient de la première nodulation compacte, par rapport aux segments du treillage de notre sphère (DOUZE). D'une observation architecturale de notre cible, avec sa triade d'évolution ; nous aboutissons à une investigation de notre sphère, en sa nodulation compacte. Cela, par le biais de notre groupe gésine, la famille, en une analyse des mailles ; ces dernières résultent du treillage de notre cible d'étude.
      L'extension à partir du nodule primitif compact (en 12 sphères enveloppes et 1 sphère mère), est facilement appréhendée en une RESILLE d'expansion cristalline ; si l'on considère, sur toutes sphères en contact, que chaque grand cercle de sa triade résulte à la fois : d'un des segments de grand cercle sur la sphère mère, et ensuite, aux jonctions entre les sphères filles enveloppantes, chacun des grands cercles se retrouve lié avec un de leurs cousins. Cette résille de vitrail, pour notre amas étendu et compact de sphères d'une étude liée, constitue alors, notre réticule normé d'un vaste réseau de grands cercles en triades, tous égaux et parents de la sphère principale ! Nôtre réticule a cette particularité d'être alors, l'expansion de notre volume d'appréhension des différents assortiments du sujet d'étude.
      Il est à signaler, que la cristallisation peut aussi démarrer d'une nodulation de l'amas modifié de Kepler ; où une des trois sphères polaires subit un sixième de tour, et ainsi, gauchit à l'équateur, les grands cercles de la sphère initiale et de la nodulation (en quatre couleurs de distinction).
      Cette résille, notre réticule, nous permet ainsi, de poursuivre notre voyage vers des contrées d'une infinie étendue.
      Bonne promenade, dans le Plan. Nous commencerons par des Perspectives philanthropiques.


De Circum HUTI, le 12/09/2014, mdf le .